Gîte Réveillon, Ferté-Vidame (La), 3 épi(s)

VUE D'ENSEMBLE

  • Formule Gîte
  • Réference No 308
  • Classement 3 epi(s)
  • Commune Ferté-Vidame (La)
  • Chambres 2
  • Capacité 5
  • Surface 100 m2
  • Garage 1
  • Animaux non
  • Accès aux handicapés non

Réveillon

Ferté-Vidame (La) proche de

Aux confins de l’Orne et de l’Eure-et-Loir, dans le Parc Naturel Régional du Perche, à 5 minutes du centre de la Ferté-Vidame et à 500 m de la chapelle de Réveillon, gîte de caractère de 100 m² tout confort décoré avec goût (accès et garage indépendants), comprenant au rez-de-chaussée : cuisine aménagée avec lave-vaisselle, lave-linge, four, micro-ondes, réfrigérateur et congélateur. Grand salon avec TV et cheminée. WC. A l’étage : 1 chambre avec 1 lit de 140 et lit bébé. 1 chambre avec 1 lit de 140 et 1 lit de 90. Salle de bain/WC. Jardin clos et arboré, terrasse de 80 m² plein sud aménagée avec salon de jardin, barbecue et bains de soleil. Draps fournis. Forfait ménage et linge de toilette en option.


EQUIPEMENTS

- garage
- cuisine équipée
- lave-vaisselle
- lave-linge
- cheminée
- Television
- espace vert clos
- micro-ondes
- congélateur
- chaise bébé
- lit bébé
- terrasse
- salon de jardin
- Barbecue

ACTIVITES

commerce à 2 km
restaurant à 2 km
peche à 3 km
Equitation à 12 km
tennis à 15 km
piscine à 16 km

PROPRIETAIRE

Pour contacter le propriétaire de cette location (Huguette et Christian BUSNEL ), vous pouvez le joindre par téléphone au numéro suivant : 02 37 84 01 01
COORDONNEES DE L'HEBERGEMENT
Hameau de Réveillon, Ferté-Vidame (La) (28340)

Langue(s) parlée(s) par ce propriétaire : Français

TARIFS

Durée basse saison ? moyenne saison ? haute saison ? vacances scolaires ?
Semaine 245 € 290 € 350 € 350 €
Week-end 185 € 185 € - 185 €
Week-end détente - - - -
Mid-week - - - -

épis3 chambre2 capacité5

RESERVATION

RESERVATION
Pour réserver cet hébergement, contactez la centrale de réservation au 02.37.84.01.01
DISPONIBILITE

RECHERCHE RAPIDE





LES FORMULES

GITES DE FRANCE EURE ET LOIR ©2017 | REALISATION IISATIS